Le pont des Vendéens - Les beautés du tournaisis

Les Beautés du Tournaisis
Les Beautés du Tournaisis
Aller au contenu

Le pont des Vendéens

Beaucoup d'entre nous se souviennent de ce pont solide et impressionnant , le pont du Faubourg Morelle, le pont des Vendéens.

Son évolution :

En 1870 aurait été construit le premier pont Morelle, en bois et surplombant 2 voies des chemins de fer.
En 1875, est entamée la construction du second pont Morelle, métallique en grande partie , portée 30m sur 8m (photo 1 et 2)
En 1913 , la construction du troisième pont Morelle, à arches métaliques et tablier suspendu , portée 70m sur 14m (photo 3 et 4)
En 1918 , fin de guerre 14-18 ,à la retraite Allemande le pont fut miné et pratiquement jeté sur les voie (voir photo 6)
En 1920 , le pont fut relevé des voies , c'est depuis cette date qu'il est appelé pont des Vendéens (photo 9)
En 1980 le château d'eau (photo 11 ) juste au pied du pont fut détruit quelques mois plus tard

Un peu d'histoire :

à l'est de Tournai, un pont sera construit qui surplombera les voies ferrées, elle donne accès aux villages de Rumillies et de Warchin mais aussi aux chaussées de Renaix et de Frasnes, c'est une autre entrée de ville importante et souvent embouteillée aux heures de pointe. Cet ouvrage métallique prendra le nom de "pont Morelle" mais après la première guerre mondiale, la population le baptisera "Pont des Vendéens", en hommage aux soldats territoriaux de Vendée conduits par le Lieutenant Delahaye qui furent massacrés jusqu'au dernier par les occupants allemands lors de féroces combats, au corps à corps, qui eurent lieu, dans ce quartier, le 24 août 1914.

Source : le groupe facebook "Tournai en Avant", article du 27 juin 2013
Chaque logo de site ci-haut donne un accès direct sur l'article du site en question en rapport au sujet.
Démolition du pont morel en vidéo
Le Pont Morelle
Quand je laisse   flâner l’âme de mon enfance,
Au creux des souvenirs clairsemés, je revois
Un   vieux pont de métal tout empreint d’élégance
Dont les arches, jadis,   surplombait les convois.

L’ouvrage boulonné, aux poutrelles immenses,
Était   un vrai titan, mais paraissait flotter
Car il offrait au jour la belle   transparence
D’un vitrail transpercé par le soleil d’été .

Ses courbes   élancées défiaient la distance:
On eut cru le franchir en à peine trois pas…
Mais s’ils nous camouflaient l’ampleur de sa puissance,
Ses arceaux, si   légers, ne le trahissaient pas.

Prouvant son affection pour sa belle   prestance,
Tout le faubourg avait pris le nom ʺ de Morel ʺ
Et, en levant les   yeux, j’imaginais ma chance
D’avoir, près de chez moi, ce bout de Tour   Eiffel…

Jean Secret
Voici quelques photos ...
@2018
Créée avec WebSite X5
Les Beautés du Tournaisis
Retourner au contenu