Son hôtel de ville - Les beautés du tournaisis

Les Beautés du Tournaisis
Les Beautés du Tournaisis
Aller au contenu

Son hôtel de ville



Situé au sein d'un agréable parc, l'Hôtel de ville de Tournai occupe une partie de l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Martin
Ce monastère tournaisien du XIe siècle fut supprimé en 1797 et la plupart des bâtiments, notamment l'église, ont disparu.

Le palais abbatial, reconstruit en 1763 sous l'abbatiat de Robert Delzenne d'après les plans de l'architecte Laurent-Benoît Dewez survécut à la suppression de l'abbaye car facilement transformable en résidence de luxe. ,

L'administration communale quitta la vieille Halle des Consaux (démolie en 1818) situé à la grand place pour ce palais, en septembre 1809. Un incendie ravagea l'intérieur de l'édifice en 1940, les façades néoclassiques, elles, y échappèrent. De l'ancienne abbaye, subsistent encore actuellement plusieurs vestiges visibles dont l'impressionnante et sévère crypte romane du XIIème siècle, admirablement restaurée, ainsi qu'une partie du cloître, élément d'architecture gothique de la fin du XVe siècle.

L’hôtel de Ville possède une Cour d’Honneur remarquable.
Celle-ci est formée d’une enceinte. Le terme devrait être plus tôt un enclos, mais, vu, qu’en franchissant une des arcades nous aboutissons à l’Enclos Saint Martin, nous avons employé le terme d'enceinte.

Quand vous tournez le dos à l’Hôtel de Ville et que vous continuez tout droit vous aboutissez à un porche qui donne dans la rue Saint Martin. Le nom de l’Enclos et  de la Rue proviennent de l’abbaye bénédictine Saint Martin qui existait à l’époque.

L'Hôtel de Ville abrite une partie des services administratifs communaux. Son accès est par conséquent limité aux jours ouvrables. Il peut se visiter avec un guide et sur autorisation. Pour un complément d'information, vous pouvez contacter l'Office du Tourisme de Tournai.

L'ancien hôtel de ville. (source : http://myspace.voo.be/clgodart/FTY)

Situé en dehors du périmètre de la grand-place, mais néanmoins à proximité, se dressait jusqu'en 1818 l'ancien hôtel de ville ou halle des Consaux. Bâti vers 1234 ou 1237, cette halle fut transformée au XVIIème siècle quand on ajouta contre la façade une galerie à arcades et un perron à double rampe qui menait à l'entrée principale.

Cette vieille halle accueillit les assemblées municipales jusqu'au transfert vers le palais abbatial de l'abbaye de Saint-Martin à la fin de 1809.

Sous le perron de la halle des Consaux se trouvait le poids public constitué d'une grande et d'une petite balance. En effet, on devait peser à la balance publique tout ce qu'on vendait ou achetait au poids.

La Tour des Six; ce nom lui viendrait de ce que à l'origine, les documents officiels de la ville y étaient conservés sous la garde de six citoyens - qui dominait la halle servait de dépôt aux archives communales.

Cet ancien édifice, assis sur une tour de la seconde enceinte, présentait la forme d'un carré parfait, couvert d'un toit quadrangulaire, surmonté d'une bannière dorée et armoriée aux armes de la ville. Cette construction d'une extrême solidité, mesurait quarante-trois mètres de hauteur totale; chacune de ses faces en avait douze, ses murs deux et demi d'épaisseur.

La pièce où l'on conservait les archives portait le nom de ferme ou arche. On y trouvait les chartres mais aussi des documents privés passés devant le magistrat comme testaments, comptes, ventes,

La Tour des Six était solide et aurait pu subsister. Hélas, on décida de la démolir en 1820.

A côté de la halle des Consaux se trouvait une chapelle de style ogival où étaient confessés les condamnés à mort qui se trouvaient dans une des deux prisons proches de Pippenerie et de Tiens-le-bien.
@2018
Créée avec WebSite X5
Les Beautés du Tournaisis
Retourner au contenu | Retourner au menu